POSTURES
<< affiches 4/3 Accueil Direction artistique Scénographie Vidéos InstallationsCorsets , Evènement d’Ateliers, résidence d’artiste à La Source, 2001 Postures , Exposition collective Face à Face, La Source, Domaine de Villarceaux, 2003 Posture#1 , Festival VISU, Scène Nationale de Dieppe, 2004 Posture#2 , Parcours 3 Bodyworks, Le Vooruit, Gand, 2004 Postures , exposition collective Clichés, Le Vivat, Armentières, 2004 - 2005 Postures , festival VISU, DSN, Dieppe Scène Nationale, 2005 Postures , exposition collective Corps et Nature, Association La Source et le Conseil Général de l’Eure, 2005 Posture#3 , Festival Pazzapas, Scène nationale Le Merlan, Marseille, 2007 4/3 , performance, Musée des Beaux-Arts, Rouen, 2007 4/3 , vidéo, Galerie La Passerelle, IUFM Rouen, 2009
photosPOSTURES #1 / Dieppe
POSTURES #2 / Gand
POSTURES #3 / Marseille
Cette recherche a pour ambition d’aller questionner les mécanismes de la mode et de la norme. Au départ l’imagerie publicitaire ressentie comme une violence perverse. Imagerie qui crée des besoins et des comportements, imagerie subie car présente partout où se pose notre regard de citadin. Ce n’est pas tant l’aspect des corps qui est ciblée ici, mais la gestuelle, les états de corps et de comportements. Tous ces gestes que nos corps absorbent comme des éponges et que nous reproduisons plus ou moins consciemment. Au-delà du simple rejet, c’est un rapport bien plus ambigu qui se joue ici. Quel plaisir intime recherche-t-on à glisser sa chair dans celle de l’image ? c’est un nœud de tensions entre attirance et rejet que stigmatise ce travail. Composée, depuis 2000, de plusieurs étapes, cette recherche a d’abord pris la forme d’une installation, Corsets. elle est ensuite devenue une installation-performance, Postures : une boutique où rien n’est à vendre, mais où chacun peut venir faire une séance d’essayage. Une séance photo, portraits en pieds des corps contraints par les corsets, est effectuée avec les personnes qui effectuent la séance d’essayage. A Dieppe, une quarantaine de personnes ont fait la séance d’essayage, il en a été de même à Gand et à Marseille. Chaque rencontre a donné lieu à un moment d’échange riche et étrange à la fois, laissant place autant au ludique qu’à l’aspect « bondage » de la séance et sa charge de questionnement identitaire. L’étape suivante est l‘exploitation des photos issues des séances d’essayage. Ainsi certains tirages ont été présentésà Dieppe dans l’espace urbain, par l’intermédiaire d’une trentaine de supports Decaux. Pour Draping, une sélection des photos réalisées ont également été présentées dans des supports Decaux rues St Romain et St Nicolas à Rouen. A Marseille c’est par le biais d’un affichage sauvage que les images ont pris place dans la ville.